Du 13 au 16 mars, publics et conférenciers se donnent rendez-vous au Festival de géopolitique de Grenoble. Ce colloque international francophone permet à chacun d’accéder au savoir et de cultiver son esprit critique sur le monde contemporain, quelque soit le point où il se trouve sur le globe – pour peu qu’il ait accès à une connexion. Sympa, non ? Et c’est gratuit.

Autre atout de ces rencontres annuelles, elles sont portées par Grenoble Ecole de Management. Les étudiants sont fortement impliqués dans l’organisation de chaque nouvelle édition. Dix promos de jeunes bénévoles se sont déjà frottés à l’exercice. Cette année, après des thématiques toutes aussi passionnantes les unes que les autres, l’Europe est au cœur des débats. Le festival enregistre pour cette 11ème édition une hausse de 50% d’inscription  par rapport à 2018 qui était déjà un très bon cru avec près de 20 000 visiteurs.


[DES]UNION EUROPEENNE ?

Les élections européennes auront lieu le dimanche 26 mai dans un contexte qui illustre l’accroissement de tensions autour de questions centrales : fragilité de nos démocraties, défiance vis-à-vis des responsables politiques, montée des extrêmes et des populismes, craintes exacerbées face aux réfugiés ballotés d’un pays à l’autre.

Le Brexit est une des nouvelles données qui doit nous interroger sur cette Europe, génératrice de défiance des peuples envers les classes dirigeantes accusées, entre autres, de jouer le jeu des lobbies présents dans les couloirs de Bruxelles. La question du centralisme face au régionalisme au sein d’une Europe fédérale en est une autre.

Entre fantasmes et réalités, il est souhaitable avant de se rendre aux urnes de prendre le recul nécessaire pour mieux peser les forces et les faiblesses d’une création historique qui s’est éloignée dans la force des courants et contre-courants des valeurs initiales du projet européen pour offrir un nouveau cadre d’action concertée entre les 28 Etats signataires. Les choix d’hier qui ont permis d’instaurer la paix ne sont plus des garants suffisants semble-t-il pour gouverner sur la base du consensus au service de nos intérêts communs.

Pour bénéficier des éclairages de spécialistes et initier le débat citoyen, le Festival de géopolitique de Grenoble invite du 13 mars au 16 mars 2019 à prendre le temps d’échanger sur des questions qui agitent l’opinion publique, au-delà du seul clivage « Pro-européens / Euro-sceptiques ».

Carte des points de connexion
Chaque année, le festival de géopolitique édite une carte des points de connexion. Voici celle de 2018, pour les 10 ans de l’événement

Une cinquantaine de conférences, une librairie éphémère, des ateliers, des projections sont programmés, soit plus de 90 animations proposées dans six lieux pendant quatre jours dédiés à l’ambition d’une expertise partageable, partagée. Voici quelques intitulés de débat pour vous mettre l’eau à la bouche et les réflexions qu’a confiées à Plan B le créateur de cette remarquable initiative collective : Jean-Marc Huissoud, enseignant-chercheur, Directeur du Centre d’Etudes en Géopolitique et Gouvernance.

Un vivier de ressources accessible à tous

Pour tout savoir sur le Festival de géopolitique de Grenoble, c’est simple. Tout est sur le site, y compris les inscriptions en ligne. Vous pouvez suivre les conférences à distance, en direct ou en podcast, selon les thématiques qui retiennent le plus votre attention et votre disponibilité. Les vidéos archivées sont une mine de ressources. Ne vous privez pas du plaisir. Et dites-vous bien que, ce faisant, vous êtes dans une démarche volontaire, citoyenne que des inconnus à l’autre bout du monde apprécient de pouvoir faire aussi, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Jean-Marc Huissoud, Directeur du Centre d’Etudes en Géopolitique et Gouvernance  Crédit photo : Festival de géopolitique de Grenoble

« L’anglais recule. Quand il ne recule pas, il s’appauvrit. La France a la chance d’avoir une audience francophone partout dans le monde, même si localement le nombre de locuteurs n’est pas toujours important. On ne s’exprime bien que dans une langue qu’on maitrise, or notre festival vise avant tout le facteur qualitatif. S’exprimer dans un anglais international parfois pauvre au niveau conceptuel, et d’ailleurs moins bien parlé qu’on ne le prétend, s’est réduire de fait le champ de la pensée. Les questions linguistiques et culturelles sont à ce titre essentielles et ont plus d’importance qu’on ne le pense. Nous ne sommes pas un festival en français, dans un contexte majoritairement anglophone, par facilité. C’est notre volonté d’affirmer qu’il y a une pensée francophone sur les questions internationales. Cela répond aussi à un vrai enjeu de transparence du discours. Aujourd’hui, il est demandé aux Universités et à la Recherche de s’expliquer aupres de la société civile, de diffuser son savoir. Nous inscrivons nos éditions dans cette (r)évolution des pratiques. »

Jean-Marc Huissoud

Cette semaine, le menu concocté a de quoi mettre en appétit et vous donner matière à mieux équiper votre boîte à outils personnelle. Aperçu

L’Europe protège-t-elle les riches ? Le défi de l’évasion fiscale

L’Europe agricole : déclin ou puissance ?

L’Europe face à l’islamisme radical

Les nationalismes régionaux, un défi pour l’Europe

Cloud computing : la souveraineté numérique de l’UE en jeu ?

Migration : crise humanitaire, morale et politique

Le repli identitaire européen génère ce qu’il veut éviter.

Europe et environnement : un leadership, vraiment ?

Fidèle à ses objectifs, le Festival de géopolitique de Grenoble n’occulte aucun sujet sensible, au contraire, car pour comprendre la transformation d’un monde contemporain animé de nouvelles forces, de nouvelles identités et réseaux, il faut définitivement rompre avec des décennies qui ont formaté les esprits à la pensée unique et aux visions binaires. Bienvenue dans un siècle où l’approche de la complexité est la nouvelle clé de lecture d’une planète qui s’invite aussi dans les débats, notamment à travers l’enjeu du climat.

J’aurai la chance samedi 16 mars d’interviewer Pierre Larrouturou, agronome et économiste en pointe sur cette problématique, ainsi que deux autres intervenants : Marie Gaborit, Nantes, impliquée auprès de grandes entreprises dans leur démarche RSE et Plan Climat avec une start up, Toovalu, dont elle est la co-fondatrice,  et Yann Mongaburu, élu local en charge de la mobilité sur l’agglomération grenobloise.

C’est une belle opportunité pour l’ensemble du réseau francophone Mondoblog-RFI de s’intéresser à cette grande manifestation internationale, à l’esprit citoyen.

B comme Bonus

https://www.festivalgeopolitique.com/

https://www.novethic.fr/actualite/finance-durable/isr-rse/un-appel-pour-un-pacte-finance-climat-europeen-lance-a-l-unesco-145569.html

https://www.pacte-climat.net/fr/

Article de Plan B sur l’édition 2017

Article de Plan B sur l’édition 2016

Plaidoyer virtuel pour les générations (nomades) futures

Radio Climat, la COP 22 vue par nous, pour nous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.