Passeurs de lumière, un festival hors norme

affiche-exileQuand on parle cinéma, on a vite fait de s’intéresser aux événements grandioses qui mettent en scène hommes et femmes du 7ème art sous les feux des médias. Vedettes et bling bling story propre à notre époque obligent, on sort alors le tapis rouge, les jeux de lumière et les paillettes. Il existe pourtant d’autres façons de mettre l’image à l’honneur le temps d’un festival. J’en ai fait la belle expérience en me rendant à Bannalec, une petite commune bretonne qui accueille depuis quatre ans Les passeurs de lumière, une initiative unique en France créée en 2009 à Moelan-sur-Mer. Bienvenue en Finistère.

 

 

Un chapiteau pour relier les horizons

Imaginez un bourg tranquille, où s’active une équipe de bénévoles autour d’un chapiteau installé chaque année au cœur du village. West side story si vous voulez des références, version campagne bretonne. L’essentiel de la programmation, projections, conférences, concerts, se déroule dans ce lieu intimiste qui en dit long sur l’esprit de convivialité recherché. Des couvertures sont à disposition pour les plus frileux, ainsi que des coussins pour les postérieurs plus habitués aux confortables sièges des salles obscures qu’aux tréteaux de fortune. L’ambiance est joyeuse et chaleureuse. Pourtant, ce que les images nous montrent ici, loin du massage médiatique qui annihile leur pouvoir d’explication du monde, a de quoi troubler. Est-ce le sujet ? Les femmes pour une fois sont plus nombreuses que les hommes.

imgp6304
Le chapiteau posé à même le goudron, pour garder les pieds sur terre, est un espace où la parole se libère.

D’autres espaces que le chapiteau accueillent organisateurs et festivaliers, avec cette même sobriété qui sied à aller à l’essentiel plutôt qu’à pavaner, blablater, entre deux cocktails et petits-fours : l’office du tourisme transformé en espace d’accueil, la salle des fêtes bien sûr, même l’église devient cinéma pour l’occasion, original et sympa. Des bénévoles tiennent la buvette et la baraque à frites où les échanges se poursuivent sous le soleil qui complète cette fête du cinéma hors norme, au seuil de l’hiver. Il y a du vin chaud pour réchauffer les cœurs, des sourires pour ne pas se sentir étranger, non désiré. Et cela n’a rien à voir avec la vocation touristique de cette commune proche de plages si prisées en été. Les touristes reviendront quand ce sera la saison.

Pour l’heure, l’étranger qu’on accueille, c’est celui qui n’achète ni glace ni carte postale et pour cause,   il aimerait plutôt rentrer chez lui s’il avait le choix.

L'affiche du festival créée par un des bénévoles, Alexis Bonnaire, photographe à Brest
L’affiche du festival créée par un des bénévoles, Alexis Bonnaire, photographe à Brest

Un festival engagé et exigeant

L’écrivain Ricardo Montserrat est le parrain de cette 8ème édition sur le thème de l’exil, des exils. Ricardo est le fis d’exilés espagnols qui ont atterri en Bretagne pour fuir le régime de Franco. L’auteur de « Mon père, ma guerre » y vit depuis, fier de sa cité corsaire, Saint-Malo, mais toujours par monts et par vaux pour la défense de causes qui le révoltent. C’est ainsi que lors de l’inauguration du festival, le ton est d’emblée celui d’un engagement fort, d’un appel à la résistance.

Ricardo perturbe même le déroulé des prises de parole des élus, convaincus – et je les sais sincères – de l’importance d’une initiative comme celle des Passeurs de lumière pour leur territoire. C’est possible à Bannalec de perturber, cela ne fait pas mauvais genre, ça rajoute au contraire à cet esprit de liberté, d’insoumission, d’incorrection qui devient l’élégance même du geste quand tout autour de nous se complet dans un cynisme ambiant, indécent, décomplexé. L’urgence s’impose partout, quand les solutions se font attendre avant d’être reléguées au chapitre « peut mieux faire ».

Dessin d'Oguz Demir qui illustre violence et crime d'Etat, (2013)
Dessin d’Oguz Demir qui illustre violence et crime d’Etat, (2013)
Asli Erdogan
Asli Erdogan

Alors au milieu des discours,  Ricardo fait entendre la voix d’Asli Erdogan, journaliste et romancière emprisonnées depuis août dernier à Istanbul, condamnée pour acte terroriste comme tant autre citoyens turcs embarqués dans la tourmente d’un régime devenu tortionnaire aux portes d’une Europe liée au sort de la Turquie par  un chantage odieux sur le désenchantement de milliers de personnes fuyant qui la misère, qui la guerre, qui le non sens d’une vie arrachée à ce qui la rendait supportable, peut-être même très belle.

Une programmation ambitieuse qui fait la part belle aux pépites

mirages_affEt les images me viennent. Je les ai vus sous le chapiteau ces migrants qui traversent le Sahara clandestinement, entassés sur des pick up dont on s’étonne qu’ils soient si costauds pour faire le voyage sans trop de surprises. C’est dire la résistance de ces hommes venus de tant de pays africains pour vivre le même cauchemar. Le film s’appelle Mirages. Olivier Dury, le réalisateur, est là. Il explique comment l’idée de ce documentaire est d’abord née d’une rencontre fortuite dans le désert du Niger.

Il bivouaquait avec des nomades quand un camion transportant un chargement d’hommes est venu demander sa route après s’être perdu. Echange de regard furtif entre étrangers au statut si différent. Une étincelle qui doit trouver un passage pour devenir ce film témoin d’une époque inconcevable au fil de cinq années durant lesquelles Olivier Dury retourne au Niger, trouve des appuis pour suivre la piste des migrants et les filmer dans leur transhumance périlleuse vers des points de chute déshumanisés.

La projection de Mirages suit une conférence sur le scandale des Panama papers, animée par Anne Michel, journaliste du journal Le Monde et spécialiste du dossier qui a demandé des mois de secrets et une révolution dans le traitement de l’info à l’échelle d’un réseau mondial avant que l’info ne soir révélée au public le 3 avril 2016, au même moment, par tous les journalistes associés à ce travail colossal d’enquête sur des données bancaires et autres opérations financières.

Je pense à la sueur, à la peur, à l’argent donné aux passeurs par tous ces gens que nous refoulons ici, au prétexte que nous ne pourrions pas accueillir toute la misère du monde. L’argent n’a pas d’odeur, même l’argent sale, l’argent de la guerre, justement, l’argent de la drogue, du sexe, tout ce que l’homme moderne est capable d’inventer pour assouvir ses besoins de perversion se découpe sur fond de ciel idyllique dans des îles de rêve dans la silhouette de gratte-ciels vides : les iles vierges britanniques, les iles Caïman, Panama…

Trump tower à Panama, Paolo Woods
Trump tower à Panama, Paolo Woods

L’incongruité de cette collusion, collision, entre deux réalités concomitantes saute aux yeux, magnifiquement. C’est la force de l’image de nous confronter sans nous salir nous-mêmes à toutes les compromissions de ce monde de dupes, où l’absurde de certaines logiques fait loi au nom du libéralisme, et ce n’est même pas sûr.

Les photos de Paolo Woods présentées par Anne Michel dégagent paradoxalement la même intemporalité que les visages fatigués des scènes tournées au Sahara par Olivier Dury.

 

Anne Michel, invitée pour parler d'un autre exil, celui de la fraude fiscale
Anne Michel, invitée pour parler d’un autre exil, celui de la fraude fiscale

Immense tragédie de la comédie humaine. L’enfer, ce n’est plus l’autre, comme disait je ne sais plus qui, c’est nous tous qui faisons partie du jeu du sauve qui peut, du « je » impuissant, de plus en plus intolérant, de plus en plus suicidaire quand il s’agit de confier la gestion de nos intérêts communs à des décideurs omnipotents.

Quand je demande à Michel Dupuy, la cheville ouvrière du festival au sein d’une troupe bien rôdée, ce qui le pousse en tant que réalisateur à défendre cette belle idée des Passeurs de lumière, je n’ai pas besoin de réponse.

Il m’a suffi de m’intégrer à cette équipe bénévole et de passer un week-end à Bannalec pour comprendre.

Michel Dupuy, organisateur de festival comblé par le succès de la proposition, résolument engagée.
Michel Dupuy, organisateur de festival comblé par le succès de la proposition, résolument engagée.

Quand je demande à Ricardo lors d’une interwiew en amont de la manifestation, qui il souhaite rencontrer lors du festival et qu’il me répond : des gens. Maintenant seulement, je comprends.

Ricardo Montserrat, l'élégance du verbe au service de la résistance
Ricardo Montserrat, l’élégance du verbe au service de la résistanc

Des gens qui découvrent le cinéma ce jour-là. Nous avons accès aux films par la télé, par internet, mais là, on revient aux fondamentaux. La proximité, découvrir les films ensemble, c’est ça qui m’intéresse. Ricardo Montserrat

J’aimerais vous dire tellement plus sur toutes ces rencontres au coeur d’un petit village breton, au coeur des grandes interrogations de notre époque trouble et troublante. J’aimerais vous parler de Mehdi Charef, invité d’honneur, invité en résidence dans un collège voisin, de Florence Corre et de son film d’animation Octobre noir, exceptionnelle exploration d’une mémoire sur les méfaits de la police française pendant la guerre d’Algérie à Paris, je voudrais vous parler de ces sourires filmés par Chantal Briet dans « J’habite le français », de la conférence de Pierre Duterte, créateur d’un centre d’accueil pour victimes de la torture, Parcours d’exil, je voudrais vous faire vivre les échanges d’un débat sur ce qui nous est présenté comme une crise migratoire, mais qui n’est qu’un aveu de plus de l’incapacité, de l’absence de volonté en Europe au moins, de regarder en face les vrais problèmes et d’y apporter les réponses adéquates. Je voudrais vous parler de SiiAn une artiste qui nous fait voyager dans ses concerts de l’Iran à l’Afganistan, avec un répertoire d’une beauté à couper le souffle.

Alors comme les images valent toujours mieux que les mots, pour peu qu’elles ne soient pas livrées en pâture à une opinion avide de faits divers, de presse people et de grands spectacles (merci les médias de nous prendre pour des C…), je vous laissse apprécier quelques photos exposées sous le chapiteau, suite à un travail réalisé avec des enfants de migrants par deux enseignantes de l’Education nationale. Le livre réalisé pour laisser une trace de cette aventure pleine d’espoirs, Ici-Là-bas, est déjà épuisé. Il sera peut-être ré-édité. Voir les bonus.

B comme bonus

https://www.unidivers.fr/passeurs-lumiere-festival-cinema-bannalec-finistere/

https://www.facebook.com/festival.lespasseursdelumiere/

https://www.facebook.com/freeaslierdogan

http://afrique.lepoint.fr/actualites/narciso-contreras-la-libye-est-devenue-un-marche-d-etres-humains-26-11-2016-2085916_2365.php#xtor=CS3-190

15235867_1227658603970735_1924758084922365613_o15129471_1227659057304023_7077366334940737477_o15168656_1227658403970755_8618197490178703139_o

 

 

15123211_1227658947304034_6386586149307764063_o15168692_1227658757304053_6314141320576956414_o