Reportage au nord du Niger où les tribus de Touaregs sont confrontées au terrorisme islamiste. Pourtant quelques touristes viennent encore visiter cette région quadrillée par les policiers et l’armée. Les islamistes, de leur côté, offrent de l’argent et un idéal aux jeunes touaregs.

Ou comment la question du djihad se traite en 3’14 au 20h ? Nous sommes en 2010. Flash back

[ Aujourd’hui « Djihad » sur Youtube = 750 000 résultats ]

http://www.ina.fr/video/4291240001010/la-situation-des-touaregs-au-niger-video.html

Séquence d’archive TV où il est bien sûr question du djihad et de la façon dont la misère, sciemment entretenue par les Etats contre les peuples, fait le lit de ce qui semble déstabiliser aujourd’hui nos sociétés occidentales, quand les mises en garde n’ont pas manqué. Mais il n’est encore question ni de décapitation en série, ni de barbarie, tout juste d’argent.

Dans ce reportage, il est par contre déjà question du travail fait par les touaregs eux-mêmes pour mettre en garde leur jeunesse contre le djihad.
Seulement 4 ans plus tard, étrange paradoxe, ce sont des français dont on ne peut limiter les déplacements et empêcher le passage aux frontières qui posent problème à la sûreté nationale.

Dans le même temps, la même administration française empêche de jeunes touaregs de faire leur travail de sensibilisation, au nom du risque d’émigration, alors qu’ils militent à visage découvert en faveur de la paix et rappellent que nier sa culture, basée sur l’accueil, la tolérance, la solidarité, c’est se tuer soi-même.

En Afrique, en ce moment, les pouvoirs publics sont bien contents de pouvoir compter sur les artistes pour faire la propagande sanitaire afin de lutter efficacement contre Ebola, c’est sûrement pour ça que l’autorité qui défend nos intérêts par ambassade interposée ne leur reconnait pas le droit à la mobilité quand il s’agit de faire en sorte que ces artistes sortent de l’anonymat où les confine l’état de délabrement de leur pays ?

Et que disent les nouvelles en Europe ?

Ben que le bicorne de Napoléon  qui s’arrachait aux enchères au prix de 97 000 euros, à Londres en 2005 – PEANUTS (pour parler comme chez Christie’s), cacahuète ! – est désormais propriété d’un roi du poulet pour la modique somme de 1,8 millions d’euros.

http://www.lorientlejour.com/article/896658/le-roi-du-poulet-sud-coreen-achete-le-bicorne-de-napoleon-en-hommage-a-son-esprit-dentreprise.html

bicorne_271115_largeCe week-end en effet, ce couvre-chef qui ne nous fait pas oublier que les guerriers du XXIème siècle continuent à racourcir des têtes comme au Moyen-Age, trônait en bonne place parmi d’autres merveilles et reliques napoléonniennes, visibles à Fontainebleau pour leur vente aux enchères par la famille Grimaldi de Monaco.

J’imagine que ce n’était pas pour contribuer au succès de la semaine de la Solidarité internationale !

Non mais dites-moi que je rêve !

Pour voir les archives INA sur le thème DJIHAD (18 vidéos)

Pour voir le programme de la Semaine de la Solidarité internationale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.