Les somptueux trésors du Niger en 3D

Et si on commençait par le début ? Le début d’une idée, d’une envie ? D’un rêve peut-être ? Ou de la fin d’un cauchemar hanté par des scènes de violences et de haine ? Hanté par la peur de plus en plus tangible que l’horizon se rétrécit alors même que nos technologies les plus performantes portaient dans l’esprit de certains de leurs concepteurs l’idée d’un monde meilleur ?

Et si on imaginait simplement le début d’une relation ? Entre deux inconnus, deux continents.

Vous, le ou la sédentaire, et lui, le nomade ?

Rien de plus simple, si vous prenez d’abord le temps de lire ce billet et d’être à l’écoute de ce chant du désert porté par le vent à travers nos connexions numériques.

Merci énormément de pouvoir donner un coup de pouce dans mon projet combien important pour la sauvegarde, la valorisation de nos patrimoines culturels, archéologiques, et paléontologiques du Niger.

Cette exposition des sites et culture à travers le multimédia sera un précurseur pour stimuler, sensibiliser, les populations sur la nécessité de promouvoir notre riche patrimoine, mais aussi assurer la transmission pour les générations futures. C’est un pilier pour la cohésion sociale, l’unité autour d’un intérêt commun, l’identité des peuples. Et aux yeux du monde, c’est donner la chance d’avoir accès aussi aux patrimoines majestueux et à l’information. Mohamed Alhassane

Le désert en héritage

Mohamed Alhassane est un jeune chercheur de 34 ans, récemment diplômé d’un Master obtenu au Muséum d’Histoire naturelle de Paris. Il vit dans la région d’Agadez après des études à Niamey qui l’ont conduit à se spécialiser en géologie, à enrichir ses connaissances et sa pratique du terrain en archéologie et paléontologie au contact de chercheurs étrangers.

C’est son environnement désertique et montagneux qui l’a amené à s’intéresser très tôt à la géologie. La compagnie d’un oncle, Ibrahima Abambacho, guide caravanier et fin connaisseur de sites à protéger, l’a poussé à prendre sa part dans la transmission d’un savoir hérité de sa culture nomade. Aujourd’hui, Mohamed prend la relève avec toute l’énergie et la force de conviction que lui confèrent sa mobilité internationale, son réseau, sa vision de l’engagement.

« J’ai grandi au désert avec cette conscience que notre patrimoine est un bien précieux, qu’il mérite tous nos égards, d’autant qu’il s’agit le plus souvent de sites fragiles, très éloignés des grands centres urbains. Le Niger est un grand pays, avec des accès parfois difficiles entre les différentes sous-régions. Les moyens pour y promouvoir la culture, le patrimoine, reste un vaste chantier sur lequel je veux pouvoir apporter mes compétences et celles des personnes qui m’accordent leur confiance. » Mohamed Alhassane

Collecter les fonds nécessaires au projet

Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce jeune chercheur a de la suite dans les idées, comme en témoigne l’ambitieux projet qui nous a permis d’entrer en contact avec lui grâce au réalisateur du documentaire « Une oasis d’espoir », Nicolas Van Ingen.

Avec Marco Medici, Claude Garnier et Federico Ferrari, Nicolas fait partie de l’équipe d’experts qu’a su réunir Mohamed Alhassane pour mener à bien son expédition au Niger outillé de technologies, de méthodes de valorisation, qui sont le socle de la future exposition multimédia virtuelle « Les somptueux trésors du Niger en 3 D », que ce jeune chercheur Kel Tamasheq entend faire découvrir au monde d’ici 2021.

Il lui faut d’abord réussir d’ici quelques jours le pari d’une collecte de fonds qu’il a lancé sur le site Ulule, première vitrine internationale de cette ambition soutenue déjà par de nombreux partenaires institutionnels au Niger, comme à l’étranger.

Plan B vous invite vivement à vous intéresser à cette présentation du projet « Les trésors du Niger en 3 D » bien détaillée sur le site Ulule et à faire connaître cette initiative autour de vous.

Et si tu pouvais faire une thèse ?

Son Master désormais en poche, Mohamed Alhassane aimerait bien s’engager dans un doctorat. Il y travaille en multipliant les contacts, notamment à Paris où il séjourne actuellement avant de rentrer chez lui.

« Il me sera difficile de trouver un encadrant et financement au Niger. Mais il peut avoir une coopération en Bretagne, en France qui aimerait soutenir un étudiant touareg! J’ai eu la chance d’obtenir mon Master et j’espère avoir saisir une chance pour continuer sur une thèse. Mon projet d’expo suscite un grand intérêt, qui témoigne de la capacité que nous avons tous, en France et surtout au Niger, de faire un projet aussi important pour des zones désertiques. Ca fait chaud au cœur !!! » Alhassane Mohamed

Il est particulièrement difficile de trouver les soutiens nécessaires pour mettre sur les rails un projet de thèse, quand il ne s’agit pas de conforter les moyens en recherche-développement du secteur industriel. Ce l’est sans doute encore plus pour un jeune chercheur qui réside et travaille à l’étranger, dans une région en tension de surcroît, considérée comme Zone rouge par l’Etat français.

Pourtant c’est bien là, au cœur du Sahara, qu’il faut semer l’espoir, sans fléchir, et s’atteler à la tâche culturelle, éducative, scientifique, si nous voulons ouvrir la voie à d’autres belles vocations comme celle de Mohamed Ahlassane.

Soutenir ce projet et s’y intéresser, c’est enfin faire la démonstration que le savoir que nous voulons transmettre aux générations actuelles et futures relève bien d’une responsabilité partagée, qui n’a que faire des frontières et des guerres.

« Les somptueux trésors du Niger en 3 D », en voilà une bonne idée cadeau à ajouter à votre liste de Noël, non ?

https://fr.ulule.com/tresors-niger-3d/

D’ici là, soyez sûrs que Mohamed Ahlassane saura vous rendre au centuple l’aide, même minime, que vous lui aurez accordée, soit pour la collecte de fond, soit pour son projet de doctorat.

B comme bonus

Les membres de l’équipe de Mohamed Alhassane

Marco Medici est architecte, expert en modélisation 3D à l’université de Ferrara (Italie)

Federico Ferrari est architecte université de Ferrara

Claude Garnier, cinéaste, réalisatrice des films (France)

Nicolas Van INGEN, Photographe, réalisateur des documentaires (France)

Partagez

Commentaires